03 - ROTOR semi-rigide en balancier

LES AXES

Au sommet de la TÊTE ROTOR, le rotor bipale est libre de battre autour de l' AXE DE BATTEMENT traversant le “SUCRE” fixé sur le PORTE-PALES.

Sous l'action de la dissymétrie de vitesse des pales avançante et reculante, le PLAN MOYEN DE ROTATION du rotor bat à chaque tour autour de cet axe de battement.
Il n'y a pas d'apparition de forces de CORIOLIS sur les pales et donc pas besoin d'articulation en traînée.

Grâce à une double articulation en TANGAGE et en ROULIS, la tête rotor peut être inclinée
- d'avant en arrière (axe TANGAGE),
- de gauche à droite (axe ROULIS)
sous l'action du manche.

Pour basculer le rotor en arrière, il suffit d'incliner en arrière le PLAN D'ENTRAÎNEMENT en tirant sur le manche. Lorsque la pale avançante (la droite) subit cette inclinaison, son angle d'incidence augmente. Sous l'effet de la précession gyroscopique, au lieu de provoquer le basculement du PLAN MOYEN DE ROTATION à gauche, cette action incline ce plan vers l'arrière.

Au niveau du pilotage, il faut noter qu'il y a un temps de retard correspondant au temps que le bout de la
pale avançante (droite) passe de la position "3 heures" à la position "12 heures".

 

LA PRÉCESSION GYROSCOPIQUE

Sur un autogire, le rotor en rotation se comporte comme une toupie lancée de façon à tourner dans le sens inverse des aiguilles d'une montre.
Une force F appliquée en D tourne de 90° et s'applique en A: c'est la précession gyroscopique.

Si une incidence est donnée à la pale droite en D (manche actionné en tangage), cette pale monte de D en A à chaque fois qu'elle passe en D. Même raisonnement à faire pour la pale gauche qui descend.

Si le pilote tire en tangage sur le manche alors que le rotor tourne, par précession (force passe de D en A), il y a basculement du plan d'entraînement vers l'arrière et inversement.

_________