Wanadoo, le 15 Décembre 2001

 

OBJET : Qu'y-a-t-il dans le bâton de maréchal de Franchet d'Espèrey ?

Franchet d'Espèrey possède deux bâtons de maréchal:


Bâton de la Grande Promotion


Embouts du bâton de la Grande Promotion

- le premier est le bâton donné par ses camarades de promotion de Saint-Cyr, la "Grande Promotion", le 21 Mai 1921,


Bâton donné par Millerand, Président de la République, en 1922

- le deuxième est celui remis par le Président de la république Millerand lors de la revue du 14 Juillet 1922 à Longchamp.

 

A l'intérieur du bâton de la Grande promotion, d'Espèrey a soigneusement rangé:

1 - le menu du dîner du 21 Mai 1921 au début duquel ses camarades lui remettent le bâton offert par la promotion;

2 - la liste des officiers ayant participé à ce cadeau,

3 - l'hommage d'un poète de sa promotion:

"Au Maréchal de France Franchet d'Espèrey ou ce que lui dit son bâton de maréchal"

< Monsieur la Maréchal qui fûtes Saint-Cyrien,
Vous m'avez, jour par jour, étoile par étoile,
Tiré de la giberne où le destin me voile...
Prenez-moi ! Votre rêve est devenu le mien.

Soyez fier de m'avoir. Je suis fier d'être vôtre.
Vous vous êtes instruit pour vaincre; et puis vainqueur,
Vous avez du rapace allemand qui se vautre,
Déchiré le flanc gauche et dénudé le coeur.

Ce n'était pas un coup d'essai, ce coup de maître !
Sur tous les continents où la France appela,
Colonel, général, toujours vous étiez là,
Et la Gloire se mit très tôt à vous connaître.

Ayant montré partout sa force et son savoir,
Au Maroc, à la Marne, au Bosphore, au Danube,
Le plus grand de la "Grande" a mérité de m'avoir:
Trique sous du velours et dogmatique tube.

Vous avez en courage égalé ces lions
Dont la griffe est fixée aux blasons de vos pères.
Héros, à vos côtés que n'aviez vous Homère,
Alors que vos exploits sont dignes d'Ilion ?

Je n'ai rien de floral et ne bats plus des ailes;
Mais puisqu'à l'ennemi l'Histoire dit comment !
Vous fîtes maintes fois voir trente six chandelles,
Il est juste que j'aie un air de firmament.<

Tantôt fleurdelysé, tantôt parsemé d'aigles,
M'offrait à son "Cousin" l'Empereur ou le Roi.
Vos camarades sont héritiers de ce droit:
La famille survit à ces antiques règles.

Et la vôtre, accourue à mon signe, est ce soir
En fête pour fêter votre honneur qui l'honore.
Quand sous le shako bleu couva le même espoir
La tempe grisonnante est plus qu'amie encore.

Vibrant de leurs bravos et chargé de leurs voeux,
Ne vous étonnez pas qu'en des heures chères
Je rayonne, attiédi de la main de vos "Frères",
Et que je porte en moi les strophes d'un "Neveu".

Louis Klecker de Balazuc - 21 Mai 1921

4 - un point quantitatif sur la Grande promotion.

"Au 15 Juillet 1914, la Grande Promotion comptait:
- décédés 159
- non décédés 247, dont 186 sortis de l'armée active et 61 restés dans l'armée active dont 7 généraux de division, 26 généraux de brigade, 28 colonels
Total des membres entrés en 1874: 406

Au 15 Mai 1921, la Grande Promotion comptait:
- décédés : 213 (54 depuis 1914 !)
- non décédés : 193, dont 1 maréchal, 8 généraux de division, 19 généraux de brigade, 28 colonels sur les 138 adresses connues.

23 camarades sont morts en campagne avant 1914:
- Sénégal (2 entre 1878 et 1891),
- Nelle Calédonie (1 en 1879),
- Tunisie (3 en 1881),
- Sud Oranais (1 en 1881),
- Tonkin (13 entre1882 et 1896),
- Sahara (1 en 1886),
- Dahomey (1 en 1892),
- Algérie (1 en 1896).

10 camarades sont morts pour la France en 1914-1918 (6 généraux, 4 colonels);
44 autres camarades sont morts depuis 1914, la plupart des suites de la guerre; et peut-être y-en-a-t-il beaucoup d'autres dont la mort n'est pas encore connue!

__________

 

CDG:-)

 

PS: Merci de donner remarques, idées ou le bonjour en cliquant ci-dessous:

christian.degastines@orange.fr

Retour à SOMMAIRE