Wanadoo, le 15 Août 2002

 

OBJET: Pourquoi la bataille de la Marne le 6 Septembre 1914 ?

La décision de se battre le 6 Septembre sur la Marne a été prise d'une manière cohérente par concertation entre les quatre acteurs principaux: Galliéni, Maunoury, French et Franchet d'Espèrey

Il y a en effet un metteur en scène Joffre, un acteur à remplacer Lanrezac et quatre acteurs directement concernés Galliéni, Maunoury, French et d'Espèrey; pour gagner, il faut que les quatre acteurs soient d'accord.

Galliéni et Maunoury sont prêt pour une contre attaque le 6 Septembre. Quant à French et à d'Espèrey, leur situation est un peu plus complexe.

3 Septembre

Le remplacement de Lanrezac prévu dès le 1er Septembre se concrétise le 3 Septembre par Galbert qui apporte un message de Joffre convoquant d'Espèrey à Chichery le 3 à 14 h.:

Joffre : "La 5e armée ne marche pas selon mes désirs, surtout en présence de l'offensive prochaine. Je vais être obligé de remplacer Lanrezac. J'ai pensé à vous. Vous sentez-vous capable de commander une armée ?"

d'Espèrey :"Tout comme un autre, mon général, plus on monte, plus c'est facile !"

A 17 h, le capitaine Muller vient chercher d'Espèrey pour le conduire à Sézanne; la passation de commandement entre d'Espèrey et Lanrezac est très brève.

 

4 Septembre

Matin

Le matin du 4 Septembre, d'Espèrey, par Spears officier de liaison britannique, provoque une réunion avec French à 15 h. à Bray-sur-Marne et lui donne un message pour le maréchal.

 

Après-midi

A peine arrivé à Bray en compagnie d'un représentant du GQG (commandant Maurin), d'Espèrey reçoit lecture d'un télégramme de Joffre:

"Circonstances sont telles qu'il paraît avantageux de livrer bataille demain ou après demain avec toutes les forces de la 5e armée de concert avec l'armée britannique et les forces mobiles de Paris contre les 1ère et 2e armées allemandes. Prière faire connaître si vous estimez votre armée en état de le faire avec succès. Réponse immédiate".

Après l'écoute de ce télégramme, d'Espèrey voit arriver le général Wilson, premier sous-chef d'EM de French avec Macdonough chef de l'IS:

"Le maréchal French me prie de l'excuser, mais le 1er corps a eu hier un engagement sérieux; il a dû aller voir sir Douglas Haig, et si lui-même Wilson arrive en retard, c'est qu'au moment de partir, les généraux Galliéni et Maunoury sont arrivés à Melun et le chef d'EMG, sir Archibald Murray, l'a retenu pour expliquer la situation aux deux généraux français".

Du reste, ajoute-t-il,

"le maréchal French m'a chargé de vous dire que tout ce que nous arrêterons ensemble aura son approbation".

Macdonough fait alors un exposé très clair de la situation des forces britanniques. D'Espèrey écrit dans ses mémoires:

"Nous convenons que l'attaque ne pourra avoir lieu que le 6 Septembre et que demain 5 Septembre, les armées se placeront face à leur objectif.

Je rédige alors la note suivante:

"La bataille ne pourra avoir lieu qu'après-demain 6 Septembre. Demain 5 Septembre, la Ve Armée continuerait son mouvement rétrograde sur la ligne Provins - Sézanne.

L'armée anglaise fera un changement de front, face à l'Est sur la ligne Changis - Coulommiers et plus au Sud à condition que son flanc gauche soit appuyé par la VIe armée qui viendrait sur la ligne de l'Ourcq au Nord de Lizy-sur-Ourcq demain 5 Septembre.

Le 6 Septembre, la direction générale de l'offensive anglaise serait Montmirail, celle de la VIe Armée Chateau-Thierry.

Celle de la Ve Armée serait Montmirail.

Bray-sur-Seine, le 4 Septembre 16 heures " .

Wilson doit en emporter un exemplaire (1) ; il part sans retard. Il a hâte d'arriver à Melun avant que les ordres pour demain ne soient partis, car il sera difficile de faire changer d'avis à Sir Archibald Murray.

En sortant de la mairie, vers 16 heures, je trouve comme il était convenu, le commandant Maurin.

- "Avez-vous une bonne voiture ?"

- "Oui, mon Général, je fais facilement du 100 à l'heure".

- "Eh bien, écrivez et portez cela à Bar, cela leur fera plaisir".

Et je lui dicte sur son carnet multicopiste le protocole que je viens d'arrêter avec Wilson. Sur une autre feuille je fais ajouter :

"Pour que l'opération réussisse, il faut :

1°) - La coopération étroite et absolue de la VIe armée débouchant sur la rive gauche de l'Ourcq au N.-E. de Meaux le 6 Septembre au matin.

Il faut qu'elle borde l'Ourcq demain 5 Septembre, sinon les Anglais ne marcheront pas.

2°) - Mon armée peut se battre le 6 mais n'est pas dans une situation brillante ; il ne faut faire nul fond sur les trois divisions de réserve.

En outre, il serait bon que le détachement Foch participe à l'action de façon énergique, direction Montmort.

Bray, le 4 Septembre 16 h 45 "

Maurin part à toute allure. Pour moi, je rentre à Sézanne et dès ma rentrée j'expédie au GQG le télégramme suivant :

Commandant Ve Armée à Quartier Général, Bar-sur-Aube.

"N° 426 - Après entrevue avec général Wilson, bataille pourra avoir lieu seulement le 6 Septembre. Demain 5, cinquième armée continuerait mouvement rétrograde sur ligne Provins - Sézanne et armée W ferait changement de direction face à l'Est sur la ligne Changis - Coulommiers et au Sud à condition que son flanc gauche soit appuyé par sixième armée qui viendrait demain soir 5 sur la ligne Ourcq au Nord Lizy-sur-Ourcq.

Après-demain 6, direction générale offensive W et cinquième armée serait Montmirail, celle offensive sixième armée serait Chateau-Thierry. Pour succès opération nécessaire coopération absolue et énergique sixième armée débouchant sur rive gauche Ourcq au Nord Meaux 6 au matin sinon Anglais marcheront pas.

Participation énergique armée Foch serait très désirable. Cinquième armée peut combattre, mais n'est pas dans une situation brillante ; faire aucun fond sur divisions de réserve.

Prière m'adresser urgence votre décision ainsi qu'au général Maunoury et la communiquer au maréchal French".

 

C'est ainsi que la 1ère bataille de la Marne peut se déclencher le 6 Septembre 1914.

-------------------

1 - Cette note répond à la question posée par French à d'Espèrey. En effet, ne pouvant aller à la réunion prévue le 4 à 15h, French écrit une lettre à d'Espèrey en date du 4 Septembre portée par Wilson, le remerçiant de son message porté par Spears, lui faisant un point rapide de la situation prévue et lui demandant la direction à prendre.

 

CDG:-)

 

PS: Merci de donner remarques, idées ou le bonjour en cliquant ci-dessous:

christian.degastines@orange.fr

Retour à SOMMAIRE