1929 - Transsaharienne Gao Colomb-Béchar par deux ministres et un maréchal de France
Extrait du carnet de route (Mois de Février 1929) du maréchal Franchet d’Espèrey accompagnant en cars-couchettes RENAULT 6x6 20 CV de la Compagnie Générale Transsaharienne, Maginot, ancien ministre des Colonies puis ministre de la Guerre depuis Janvier 1929 et Messimy, ministre de la Guerre en Août 1914

En Mai 2009, les Etats-Unis et la France sont les deux premiers partenaires économiques du Nigéria dont les ressources en minerais divers et en pétrole (Compagnie TOTAL) sont très importantes.
Ce pays est un des débouchés d'une autoroute transsaharienne possible entre Alger et Lagos comme le montre le schéma cartographique ci-dessous mis à jour fin 2008.
Déjà en 1929, pour Jules Cambon en particulier, le Transsaharien, sous la forme du chemin de fer vu comme auxiliaire des stratégies militaire et industrielle, est la solution pour faire de "la France, une nation de cent millions d'habitants" permettant de relier au travers du Sahara le Niger à Alger.
En Mai 1939, au moment de l'axe Rome - Berlin, Franchet d'Espèrey (83 ans) reviendra sur cette idée non réalisée, en écrivant un article intitulé "Le transsaharien" dans le premier numéro de la REVUE DES QUESTIONS DE DÉFENSE NATIONALE


Schéma cartographique “Collection J & CDG”
Iitinéraires suivis par les CITROEN à chenilles Kégresse et les RENAULT 6x6 avec Franchet d'Espèrey en 1924

Extrait du CARNET DE ROUTE (Février 1929) de Franchet d'Espèrey

2 Février
- 17h14: départ par le train à Paris-Orsay, avec le capitaine de Longuemar; 4.650 F en portefeuille

3 Février
- Réveil dans la plaine ; arrivée à Port-Vendres en retard
- 11h: par vent d’Est, sortie du port ; mauvaise mer; crêpes de la chandeleur.

4 Février
- Nuit agitée: navire à la côte, un cargo des Messageries Maritimes demande secours
- 11h20: Arrivée à Alger à côté du Manouba qui débarque des briques et du plâtre; tous les éléments de construction viennent de France
- Déjeuner chez Pierre Bordes (Gouverneur général de l’Algérie) avec les 3 préfets et les généraux Naulin (commandant le 19e CA) et Georges
- Réception des officiers
- Dîner chez le général Naulin: les Durand, les Bernard, un préfet, Lt Davout d’El Goléa et sa jeune femme

 

Descente sur Tombouctou

5 Février
Alger - Relizane
par le train; Relizane - Mascara - Sidi bel Abbès par la route


Mal Franchet d’Espèrey devant RENAULT 10 CV - BD Photos 404012

- 6h30: réveil, départ par le train de 6h56 pour RelizaneDeschamps m’attend avec une voiture (RENAULT 10 CV)
- Arrêt à Henry Lemonier; visite de l’hôpital
- Pluie toute la journée
- Route très pittoresque par le pays accidenté des Beni Chougrane vers Mascara
- Riche développement de la vigne; crise de la main d’oeuvre; à la porte de Mascara pavoisée, le sous préfet, le maire et ses adjoints; la subdivision est aussi bien arrangée que possible par la femme intelligente du sous-préfet
- Dîner chez le lieutenant aviateur Deschamps (qui enverra à d'Espèrey les photos aérienne de ses prochaines reconnaissances sur N’Goussa, El Golea, Grand erg occidental, Hadjaja, Ouargla, Touggourt)

6 Février
Sidi bel Abbès et Sidi bel Abbès- Mécheria par le train
- Le temps se remet; manoeuvre sur la carte dirigée par le lieutenant-colonel Henry
- Visite de l’hôpital très bien tenu

- Quartier Viennot:
-- 1er escadron - ex compagnie du train très bien tenu
-- Centre de mobilisation d’infanterie et de cavalerie
-- Agents militaires qui pillent les régiments au lieu de les soulager
-- Bataillon blanc du 2e Tirailleurs: 713 hommes dont 170 appelés

7 Février
Mécheria - Aïn Sefra - Colomb Béchar par le train



Mal Franchet d’Espèrey et le contrôleur Baillens (chapeau mou) descendent du train - BD Photos 4019

- 6h30: réveil un peu avant Mécheria; 40 minutes de retard; wagon restaurant ignoble

- Ain Sefra : Catroux, Morlieu, Coste beau-frère d’Arnauli montent dans mon compartiment ; Catroux est vraiment bien; le territoire de Gouranma reçoit 5.000 F par mois, Aïn Sefra 1.500 F

- Colomb Béchar
- 16h30: beau temps; à l’arrivée, je trouve (le général) Freydenberg venu du Maroc par Bou Denib
-- Bataillon de Tirailleurs est en promenade


Automitrailleuse PEUGEOT - Bd Photos 434804

-- 2 pelotons d’AMC (AutoMitrailleuse de Cavalerie) venus de France 1 peloton venu de Bou Denib avec du Tilly


Béchar - Mal Franchet d’Espèrey, Cne Richard, pilote Lalouette, mécanicien Cordonnier, devant le FARMAN 190 - BD Photos 475501

- Trinquet est là, il y a en plus le capitaine Richard de la Cie franco-belge (AIR-AFRIQUE) arrivé en avion (FARMAN 190, moteur GNOME-RHONE 230 cv "Titan", transport 4 passagers; pilote Lalouette, mécanicien Cordonnier; départ le 24 Janvier de Toussus-le-Noble) de Séville par Tanger, Oran; il a été gêné par les nuages et il est en route pour Fort Lamy (puis retour par Kano, Sokoto, Niamey, Gao, Reggan, Timmimoun, El Golea, Laghouat, Alger, Oran, Fez, Tanger, Lisbonne, Paris - voir page 136 LE MONDE COLONIAL ILLUSTRÉ Mai 1929)

8 Février
Colomb Béchar - Reggan par avion
- 5h: réveil, je dois partir à 7 h en avion pour Reggan
- Beau temps; le colonel Vuillemin me pilote car le capitaine Paolacci est malade


Mal Franchet d’Espèrey en place arrière du BREGUET 14 du Cel Vuillemin - BD Photos 463301

- 7h10: départ sur BREGUET 19
- 10h40: arrivée Reggan ; vu Igli, Beni Abbès, Ksabi
- Beau temps - 2 avions d’accompagnement font leur plein à Adrar et n’arriveront qu’à midi
- Accueil au Bordj René Estienne très confortable par le capitaine Ardouin, chef du bordj, et sa femme; hier les Roederer (voir LE MONDE COLONIAL ILLUSTRÉ, Avril 1929, page 90, "L'automobile en Algérie - Nous apprenons qu'un colon tunisien de Mateur, M. Roederer, est allé avec sa famille dans une automobile d'Alger à Gao en 15 jours. D'autre part, deux jeunes commerçants oranais sont allés d'Oran à Gao dans deux camionnettes automobiles, bourrées de marchandises, pour les vendre sur les bords du Niger" sont passés avec leurs 3 CITROËN
- Je trouve en partance Loiseau (lieutenant au 4e Chasseurs qui a organisé, avec comme sponsors Shell et La liberté, le raid BUGATTI patronné par Ettore BUGATTI sur 5 BUGATTI 10 cv Type 40 de 1926), de la Rochefoucault et 2 amis (Prud’Homme, Paul Pernod ) avec 3 BUGATTI car 2 ont été laissées en route avec le pont arrière cassé (à cause des 800 kg de babages, masse trop importante chargée à l’arrière)
- 12h: départ des BUGATTI
- Béchar envoit par TSF un message concernant les 2 BUGATTI: “Une heure en panne, nous devrions faire du 50 km/h de moyenne si rien n’arrive de fâcheux”

Reggan - Bidon V en berline RENAULT 10 CV

- 14h10: départ avec comme guide le lieutenant (Georges) Estienne (et son conducteur, plus le capitaine de Longuemare, aide de camp de d’Espèrey)
- 23h: nous dépassons les Roederer; 30 km/h de moyenne

9 Février
Reggan - Bidon V en berline RENAULT 10 CV

- 1h20: pause d’une heure sans raison
- 4h: nous dépassons les BUGATTI endormis;
- 8h30: arrivée à la citerne 550 km (Bidon V); plein d’essence
- Il a un peu plu - acheb (type de végétation saharienne qui pousse après une averse et ne persiste pas) - traces d’antilopes, puis les gazelles apparaissent
- 11h45: nous campons; les BUGATTI nous dépassent puis reviennent pour nous saluer; 3 chacals

10 Février
Bidon V - Tabankort - Tessalit - Gao en berline RENAULT 10 CV

Nous roulons toute la nuit
- 6h: nous croisons la mission Masselin de l’Organisme d’Etudes du Chemin de Fer - Transsaharien à hauteur de Tabankort - puis une camionnette avec un chauffeur noir et un caporal ravitaillant Kidal (poste créé en Janvier 1903 sur le territoire de l’aménokal Illi chefs des Touaregs Ifoghas, après sa soumission) puis un groupe travaillant sur la piste constitué de 3 goumiers dont un armé d’un fusil (sans cartouches, pour que le vol n’ait plus aucun intérêt) avec un étui dans la chambre, demandant des cartouches en échange d’étuis et enfin 3 camionnettes avec un agent civil portant l’essence à Tessalit pour les avions
- 12h: rasé et déjeuner, un heure de perdue
- 15h: arrivée à Gao; accueil par l’administrateur de Boisseguin et le capitaine Azaïs


De G. à D. Cne et Mme Azaïs, Mal Franchet d’Espèrey - BD Photos 475502

- Dîner chez Azaïs dans la même pièce qu’il y a 4 ans avec le lieutenant Lecoq
- Evocations
-- du rezzou des fils d’Abidine faisant 23 prisonniers, se rendant parce qu’il y a un blanc; les fils envoyés en déportation en Côte d’Ivoire, dépaysés y meurent 5 ans plus tard;
-- de l’amenokal Cardi refusant d’aller attaquer le campement d’Abidine parce qu’il y a un goum français à proximité;
-- des Songhaïs mourant de faim à côté d’un fleuve plein de poisson et des familles qui viennent de Segou pour leur apprendre à pêcher .
- Multitude d’oiseaux

11 Février
Gao
- 7h: réveil après une excellente nuit ; temps délicieux; les BUGATTI sont arrivées hier soir ainsi que Richard et son avion


Promenade dans Gao: d’Espèrey et les Azaïs - BD Photo 475503

- Promenade au marché, les indigènes préfèrent le sel de Taoudeni (mines de sel gemme; transport par plaques) qui sale plus que le sel marin
- Déjeuner chez Azaïs (sa femme est la fille du Cdt Cordier qui habite Mail Fleury à Tunis) avec le lieutenant Goujon et sa femme Kersaint Gilly
- Temps couvert; promenade avec Leroux et le baron deRavignau
- Dîner chez les Boisseguin avec Longuemare et Richard

12 Février
Gao - Bourem
en berline RENAULT 10 CV

- 8h30: départ de Richard en avion pour Fort-Lamy
- 12h: déjeuner chez Boisseguin
- 15h: départ en auto sur piste peuplée de troupeaux
- Arrivée Bourem à la nuit; accueil par un adjoint civil, Dartigue du Fournet et par la compagnie du capitaine Godefroy : 1 adjoint, 1 sergent-major, 2 sergents, 2 caporaux mais seulement 45 Tirailleurs
- Bâtiments des services civils sont vieux; fort mauvaise installation
- Cris de chacals

13 Février
Bourem - Tombouctou en berline RENAULT 10 CV puis à pied et enfin à cheval
- 6h: départ en voiture RENAULT avec Estienne et son chauffeur hongrois
- piste bien tracée mais très allongée par suite des marigots; le fleuve n’avait pas été si gros depuis longtemps
- nombreux troupeaux, gazelles, outardes, oies, chacals; dévastation des arbres par les nomades
- 12h: déjeuner; la voiture marche mal
- 18h30: panne irrémédiable; nous partons à pied vers Tombouctou avec la gorge sèche; marche assez dure dans les sables

Tombouctou
- 20h20: le commandant Fouré vient à notre secours et nous continuons à cheval pour aller dîner à Tombouctou
- 23h15: coucher

14 Février
Tombouctou
- 7h30: réveil à Tombouctou; la voiture et les bagages sont arrivés dans la nuit
- Réception des notabilités indigènes: le Cadi (maire), les chefs touaregs, les négociants marocains : Abb el Ouad est en relation avec Mogador; il connaît Si Larbi, Kouba etc ; son fils fait le trajet par terre, lui par mer
- Evocations
-- du rapport Joffre (construction du chemin de fer de Kayes à Bamako, campagne de Tombouctou où il entre le 12 Février 1894);
-- du rapport Pennejean et (Charles) Lecocq (Livre sur Charles Lecoq, Officier de France, écrit par Charbonneau);
-- de l’Amenokal des Ajjer , du rezzou annéanti et des 3 fils d’Abidine tués ou pris
- 11h30: réception des civils: postiers, instituteur, ....
- 16h: revue du poste:
-- 2 compagnies de Sénégalais, avec des ânes forts petits,
-- 1 peloton nomade 1/3 maure, 2/3 noirs - Lt Doumergue
-- 1 section de 80mm de montagne à dos de chameaux
-- animaux sont réquisitionnés sur place
- Dans la matinée, sont arrivés sur le terrain d’aviation, près de la station de TSF à Kabara, assez loin de Tombouctou:
-- le commandant René Bouscat de l’aviation (deviendra général et CEMGAA en 1946) avec 2 avions (amène sans doute la suite de Maginot, ministre des Colonies devenu le 1er Janvier 1929 ministre de la Guerre; les avions sont, soit des FARMAN 190 à 4 passagers, soit des LATÉCOÈRE 28 à 8 places passager, soit des BREGUET 280);
-- M. (Jules) Brévier, jeune gouverneur du Niger:
--- fort bien et actif (territoire militaire du Niger devient une colonie avec à sa tête un Lieutenant-Gouverneur; diplômé de l’Ecole Coloniale, gouverneur de 1923 à 1929),
--- très intéressant:
---- Objectifs concrets pour le Niger (Moderniser le “code de l’indigénat”; Réajuster le budget au profit des populations; Accroître cultures vivrières; Améliorer techniques agricoles; Constituer greniers de réserves)
---- Question complexe du Tibesti (royaume à cheval sur NE du Niger, Sud Lybie, Est Tchad; le roi s’appelle le Derdé ; peuplé en particulier de Toubous; Brévié fait éditer une publication sur la langue Kanouri, très répandue, appartenant au groupe “nilo-tchadien”; région convoitée par Mussolini; général Badoglio est gouverneur de Libye depuis 1928)

15 Février
Tombouctou


Schéma de Tombouctou

- Promenade à cheval dans la ville; passage devant
-- les cases de (François) Lamy, de (Heinrich) Barth (3e explorateur à atteindre Tombouctou en 1853), de René Caillé (2e explorateur à atteindre Tombouctou en 1828 sous le déguisement d’un lettré musulman, après Alexander Gordon Laing qui y est mort assassiné en 1826);
-- la maison de Yacouba Dupuis, père blanc qui a mal tourné et fait du commerce; on prétend qu’il n’a pas perdu la foi;
-- la madrassa (université islamique très importante au XVe siècle) qui sert à faire vivre Yacouba ;
-- l’école française;
-- Fort Hugueny;
-- la case de Kloff;
-- Fort Bonnier (Lieutenant-colonel Eugène Bonnier, Cdt des Tirailleurs sénégalais, tué lors du siège de Tombouctou par les Touaregs, en Janvier 1894; le fort défendant Tombouctou, pris par ceux-ci, est repris par le commandant Joffre)
- Tout ce qui n’est pas en dur tombe en poussière; ambulance trop vaste et quartier militaire en ruine; ville en décadence; Bordj Citroën est au 2/3 éboulé, les baignoires sont en ciment armé; malnutrition de la population
- Le marigot vient jusqu’à la ville; en hiver, le Niger déborde; il sera sec dans 6 semaines; il fait frais dès que le soleil tombe
- Ce soir promenade en bateau jusqu’au terrain d’aviation par le canal fait par nous qui permet aux pirogues, pendant les 4 mois de hautes eaux, d’arriver jusqu’à Tombouctou; l’aviation est à 6 ou 7 km de la ville, près de la station de TSF placée là on ne sait pourquoi; Kabara le port de Tombouctou est encore plus loin sur un bras Nord du Niger.
- Le Ministre a télégraphié qu’il n’arriverait que le 17 ou le 18, je parie pour le 18

16 Février
Tombouctou

- Promenade à cheval le matin jusqu’au gué qui conduit à l’aviation - Le soir visite au Monbé, bien pauvre qui me dit que ses ancêtres ont été ramenés de Mouley Idris (ville à 25 km de Meknès, sanctuaire du fondateur de la dynastie Idrisside) par un roi ayant fait le pélerinage de la Mecque


Tombouctou - Maginot sort du cercle militaire - BD Photos 537403

- Jardin du cercle en amphithéâtre au bord d’une mare
- Brévié fort intéressant (explique pourquoi il a fait créer la mission du commandant Rottier en Avril 1927: étudier création liaison routière Niger - Algérie par pénétrante Zinder, Agadès, In Gall, Tamanrasset)

17 Février
Tombouctou


Tombouctou - Lieutenant Doumergue défile devant Maginot avec ses méharistes - BD Photos 537404

- Le matin, je vais à cheval au carré du peloton méhariste de Doumergue à une heure de route; sur 90 tirailleurs, il n’y a qu’ 1/3 d’anciens; le reste est constitué de jeunes gens d’un à deux ans de service n’ayant jamais vu de chameaux.
- Nécessité de leur donner l’équipement saharien: le réglementaire se découd et perd les cartouches.


Tombouctou - Bugatti du Lt Loiseau sur la place du marché - BD Photos 537402

- Marché de Tombouctou nul, très au-dessous de celui de Gao ville pillée mainte fois; se délite

18 Février
Tombouctou puis en chaland sur le Niger vers Gao

- 8h: Arrivée de Maginot; les Touaregs sont là; certains sont à pied, car les chevaux et les chameaux n’ont pu traverser l’inondation; on n'a pu leur en donner car il y en a très peu à Tombouctou
- Avec le Ministre, je retouve Messimy, Carde (gouverneur général du Sénégal), Terrasson, de Fougère, le colonel Martin chef de cabinet du Ministre et de la même promotion que Daille (colonel et chef d’EM de d’Espèrey), Peyroton sous-chef de cabinet, Gousvilhom, Gerville, les journalistes Prades et Sarraut


Fantasia dans le Moyen Atlas près de Dar-oul -Zidou - BD Photos 463006

- Réception avec fantasia et remises de cadeaux puis tour de la ville en auto
- 10h: Départ sur un chaland aménagé, le Galliéni , vapeur à roue arrière de 0,80m de tirant d’eau, pour Kabara; nous y trouvons un fonctionnaire anglais du Nigéria avec sa femme;
- bonne alimentation à bord; pêche; le soir chasse; Maginot est enragé et tire des outardes; belle soirée; 2 hippopotames au loin

19 Février
Sur le Niger vers Gao


Schéma carte Tombouctou Gao

- Belle matinée; on passe au large du poste militaire de Zaous où toute la population est massée puis on s’arrête pour faire du bois; Maginot part chasser avec Messimy; je reste à bord avec l’ingénieur Deluine, en charge de travaux d’irrigation; bilan de la chasse des Ministres: une cinquantaine de pièces (oies, canards, etc)
- Le soir conférence sur le Transsaharien qui doit être le Transafricain

20 Février
Sur le Niger vers Gao
- Matinée fraiche; le Ministre part chasser; à son retour, départ du Galliéni; passage du défilé de Tosaye, un passage étroit sur 150m, en amont des lignes de rochers en forme de piliers;
- Discussions sur la soumission de la Mauritanie qui doit se faire par tranches en marchant de concert avec l’Espagne et en commençant par la tranche Sud jusqu’à Villa Cisneros;
- 17h: Arrivée à Gao; réception avec de nombreuses personnalités: les Roederer, M. Delmas, un Danois encombrant et sa femme, Boisejour, Azaïs, Gougeon, etc
- Remise de la croix d’officier de la Légion d’Honneur à Attaher, aménokal des Iforas qui a bien donné dans la destruction du rezzou des fils d’Abidine ; le commandant Fouré et ses automitrailleuses
- Dîner et coucher à bord

21 Février
Gao et départ vers Bidon V en cars-couchettes RENAULT de la CGT


Tanezrouft - Car-couchette de la Cie Générale Transsaharienne en train de faire le plein de carburant à partir de bidons d'essence mis spécialement en place - BD Photos 537405

- 6h: Départ (avec deux cars-couchettes - RENAULT 20 CV, 6 roues, 8 couchettes - de la Compagnie Générale Transsaharienne); question des places et des bagages;
- Car n°1: le Ministre, moi, Messimy, Peyroton, sous-chef de cabinet, docteur Biron, Gousvilhom, Longuemare, Estienne, Gendore, Mercadier (total 10);
- Car n°2: Gerville, Prade, Sarraut, le cinéma de Pravigon, le pharmacien d’Ouagadougou, le lieutenant Georges Estienne, 2 commerçants, 2 mécanos (total 10).
- 12h30: Tabancor; plus de 200 km
- 20h30: arrivée à Bidon V où nous attendent les pelotons Fralou et Peujari , une auto avec Fouré et le capitaine Bosira avec 3 avions; nous buvons le champagne sous la pleine lune; pas d’allocution du ministre.

22 Février
Vers Ouallen en cars-couchettes RENAULT de la CGT
- Dans la nuit, croisement d’une automobile avec 3 personnes
- 16h: Ouallen; ravitaillement en essence; nous sommes rejoint par le 2e car-couchette; 2 goumiers nous font perdre 2 heures
- Passage à côté d’une des deux BUGATTI abandonnées dans le bled

23 Février
Vers Reggan, Adrar en cars-couchettes RENAULT
- 6h: réveil dans la brume
- 7h30: arrivée à hauteur de Catroux qui est venu à notre rencontre
- 8h30: halte à Reggan pour se reposer et déjeuner
- 14h30: départ
- 17h30: arrivée à Adrar ; visite du bâtiment abritant la CGT et de l’hôtel Citroën qui sont bien conçus

24 Février
Adrar, Timoudi, Beni Abbès en cars-couchettes RENAULT
- 3h: Réveil et départ à 4h sur une route sablonneuse; un des cars-couchettes, trop chargé à l’arrière, a de nombreuses pannes
- Route passant par Foum el Kheneg, Ksabi
- Déjeuner un peu avant Timoudi
- 20h30: arrivée à Beni Abbès; accueil par le capitaine Benot ; logement à la Transatlantique

25 Février
Beni Abbès, Igli, Béchar en cars-couchettes RENAULT
- 6h: réveil; inspection du Bordj et de la compagnie
- Un contrôleur veut faire payer les frais de transport de la compagnie en les prenant sur la solde saharienne; bien des cadres Sahariens sont trop jeunes
- 8h45 : départ pour Igli
- Déjeuner Igli
- Au Djebel Arlal : adjudant Martinez, 2e Tirailleurs, gouverneur Bordes, général Naulin et journalistes, remise au jeune (maréchal-des-logis) Clavery de la médaille militaire au point où est tombé son père (le colonel Clavery, le 8 Décembre 1928, alors qu’il était commandant militaire du Territoire d’Aïn Sefra);
- Arrivée à Béchar à 17h; visite de la compagnie de discipline de la légion; banquet; vent de sable; coucher dans la bâtiment Citroën

26 Février
Béchar, Beni Ounif, Figuig, Alger en train

27 Février


Alger - Février 1929 - Revue sur l’hippodrome du Caroubier
Mal Franchet d’Espèrey (cheval noir), Gal Naulin (cheval blanc) - BD Photos 2890

- Arrivée le matin à Alger
- Déjeuner chez Bordes puis revue sur l’hippodrome du Caroubier devant le ministre Maginot
- Embarquement à 16h pour Port-Vendres

_________

 

PS: Merci de donner remarques, idées ou le bonjour encliquant ci-dessous:

christian.degastines@orange.fr

Retour à SOMMAIRE