NOVEMBRE DÉCEMBRE 1931 - Suite du voyage d'études du maréchal Franchet d'Espèrey (FDE) sur la "côte ferme" d'Amérique du Sud : Arrivée au Vénézuéla en hydravion SIKORSKY S38 de la Pan Am (30 Novembre) - Traversée de l'Ouest du Vénézuéla en avion LATECOÈRE 28 de la Compagnie Générale Aéropostale CGA - La bataille de Carabobo expliqué par le géral Contreras - Visites de Maracay et de Caracas avec le Président Gomez - Embarquement sur le "Colombie" (1 et 2 Décembre)

Voir dossiers sur la Compagnie Générale Aéropostale (CGA):
- CGA 1/3
- CGA 2/3
- CGA 3/3

 

Les archives FDE concernant le voyage inaugural du "Colombie" sur la "côte ferme" de l'Amérique du Sud se composent d'un "Carnet de route", de photos, de coupures de journaux en espagnol ou en anglais et d'une chemise intitulée "Dossier Américain" où se trouvent:
- une carte de visite du général Gomez, Président de la République du Vénézuéla, datée de Décembre 1930, avec la mention Atentamente (à votre attention);
- un livret "Commémoration du Centenaire de la mort du Libérateur Simon Bolivar le 17 Décembre 1930" avec photos, cartes et gravures (légation du Vénézuéla - La Haye - 1930);
- une "Mapa Fisico y Politico de Los Estados Unidos de Venezuela editado para la legacion de Venezuela en Los Paises Bajos, Suecia, Dinamarca y Noruega" au 1/2.300.000 édité en 1931 par Smulders & Co à La Haye;
- une "Mapa de la republica de Colombia" au 1/2.000.000 de Walter Bath, édité en 1925 par "Litografia Carvajal & CIA" à Cali. Cette carte englobe également le Nord Ouest du Vénézuéla, le Panama et la frontière Nord de l'Equateur avec Quito;
- un "Résumé" (35 pages) de l'ouvrage du général Contreras intitulé "Bolivar conductor de tropas";
- un "Schéma de la Côte ferme" correspondant au résumé;
- trois notices sur Bolivar, Miranda, Sucre;
- une Note sur l'activité de l'Aéropostale au Vénézuéla .

Une question se pose: d'où proviennent les documents du "Dossier américain" ?

CHRONOLOGIE HISTORIQUE
- 1928 - FDE écrit un chapitre de l' "Histoire de la Nation française", ouvrage collectif dont la rédaction est dirigée par Gabriel Hanotaux.
- 1930 - Centenaire de la mort de Bolivar et année du don de la statue de Bolivar à la ville de Paris par le Vénézuéla, la Colombie et quatre autres nations d'Amérique latine; le Comité France Amériques sert d'intermédiaire en l'absence de relations diplomatiques France Vénézuéla.
- 12 et 13 Mai 1930 - Première traversée commerciale de l'Atlantique Sud entre St Louis du Sénégal et Natal par Mermoz sur Laté 28 de la CGA.
- Décembre 1930 - Non renouvellement de la subvention de l'état à la CGA de Bouilloux-Laffont.
- Mars 1931 - Mise en liquidation de la CGA.
- 1931 - Denain, le commandant chef du Service aéronautique des Armée Alliées en Orient de FDE en 1918, est général de division, chef d'EM adjoint des forces aériennes et membre du Conseil supérieur de l'Air.
- 1933 - FDE est invité aux 80 ans de Gabriel Hanotaux en compagnie de Pierre de Malglaive, directeur général adjoint de la Compagnie Générale Transatlantique et organisateur de la croisière inaugurale du "Colombie".

HYPOTHÈSE
Dès 1930, FDE avec son petit EM du Conseil supérieur de la Guerre commence à se documenter sur les pays où doit faire escale le "Colombie", paquebot de croisière de la Compagnie Générale Transatlantique, compagnie qui est un des membres fondateurs du Comité France Amériques. A titre privé et comme membre du Comité France Amériques, il demande à Gabriel Hanotaux, président fondateur de ce comité, de lui procurer une carte de la "côte ferme" et un livre sur Bolivar, personnage clé pour comprendre l'histoire de l'Amérique du Sud. Gabriel Hanotaux contacte la Présidence; le général Gomez, président du Vénézuéla, mis au courant de cette demande, fait envoyer les documents nécessaires dont le livret "Commémoration du Centenaire de la mort du Libérateur Simon Bolivar le 17 Décembre 1930" et "Bolivar, conductor de tropas" avec sa carte de visite.
A leur réception en Décembre 1930 avec la carte de visite Atentamente du général Gomez, un membre hispanisant du Comité France Amérique en fait le résumé avec en complément les notices biographiques sur Bolivar, Miranda, Sucre.

Le Conseil supérieur de la Guerre est en contact régulier avec le Conseil supérieur de l'Air pour élaborer une doctrine d'emploi de l'aviation; FDE peut donc discuter avec Denain de l'évolution du matériel aéronautique et des problèmes de choix du gouvernement en matière de subventions aux industriels. Un membre du cabinet de Denain fait parvenir à FDE la note sur la compagnie Aéropostale pour qu'il comprenne le pourquoi du décalage d'échelle entre cette compagnie et Pan American ou SCADTA lorsqu'il les utilisera sur place.

Après avoir lu ces documents, FDE a alors toutes les données pour préparer sur la carte des itinéraires possibles de visites (avion, voiture, mulets) afin de découvrir les lieux célèbres ayant marqué la naissance de la Bolivie, du Pérou, de l'Équateur, de la Colombie ( bataille de Boyaca), du Vénézuéla ( bataille de Carabobo). Les brouillons des itinéraires en Équateur (train, voiture, mulets) et en Colombie (avion) ont été retrouvés.

Cette hypothèse explique la grande amabilité:
- de FDE vis à vis des pilotes Guérin, officier français conseiller technique de l'armée de l'air vénézuélienne (invité à dîner le 19 Novembre avec le général Contreras sur le Colombie lors de l'escale aller à La Guaira), et Chenu de l'Aéropostale (vol en Laté 28 vers Carabobo le 1er Décembre);
- du président Gomez vis à vis de FDE ("Vie de Bolivar" en 15 volumes - espagnol - qu'il lui donne lors de son passage à Maracay le 2 Décembre).

CARNET DE ROUTE

photo
Caracas - 19 Novembre - Franchet d'Espèrey et son bâton de maréchal, Président Gomez, secrétaire particulier et interprète - BD Photos FDE 100504

FDE séjourne au Vénézuéla le 19 Novembre - escale du "Colombie" à La Guaira et réception par le Président Gomez à Caracas au Palais de Miraflores - et du 30 Novembre au 2 Décembre 1931. Seule cette dernière période du voyage du "Colombie" est mise sur Internet; elle est présentée ci-dessous avec des liens hypertextes dont la couleur indique le thème:
- INFORMATIONS complémentaires: violet;
- LOCALISATION sur schéma cartographique: vert (cartes FDE), vert océan (GOOGLE MAPS);
- VIDÉO "YOU TUBE": rouge;
- DIAPORAMA GRAPHIQUE des différentes phases d'une bataille: bleu. La bataille de Carabobo expliquée à FDE le 1er Décembre par le ministre de la Guerre, le général Contreras, a été reprise sous forme d'une diaporama graphique utilisant la symbologie d'un Système d'Information et de Commandement.

Quelques commentaires ont été ajoutés en caractères italiques et mis entre parenthèses.

NOTA BENE : Utiliser les navigateurs Mozilla Firefox ou Safari qui sont les seuls à gérer correctement le langage SVG utilisé dans les liens hypertextes de localisation sur schéma cartographique.

30 Novembre (Lundi)
Port de Barranquilla -- Hydravion SIKORSKY S38 de la PanAm (Pan American Air Ways) 450 km --> Port de Maracaibo

Réveil à 5h30; mauvaises nouvelles de notre avion de la CGA (Compagnie Générale Aéropostale, Ex-Lignes Aériennes Latécoère) qui est enlisé; il ne sera pas dépanné avant plusieurs heures.
Longuemar (officier de l'EM de FDE au Conseil Supérieur de la Guerre) va voir: impossible de décoller. Le terrain d'aviation est inutilisé depuis trop longtemps et couvert de broussailles avec une vache au milieu; dans la nuit une compagnie a retracé une piste de 200 mètres de long.
Nous cherchons à prendre la ligne normale.
Déjeuner à 11 heures. Puis départ à 12 heures vers le terminal d'embarquement de la Pan Am situé à la "Puente Laureano Gomez" sur la Magdalena.

photo 40
1931 - Miami - "Caribbean Clipper" Sikorsky S40 (quadrimoteur: 6 hommes d'équipage, 38 passagers, 1450 km d'autonomie, 180 km/h)
Extrait de www.clipperflyingboats.com

Arrive de Miami en Floride le clipper américain S40 de la Pan Am (dont Lindberg a effectué le vol inaugural le 19 Novembre dernier. La petite histoire raconte qu'au retour de ce vol Lindberg aurait félicité Sikorsky d'avoir réussi à faire voler en formation une aile, quatre moteurs, une forêt de mâts, un bateau et un empennage arrière !)
Le S40 rallie New York en 2 jours 1/2. Il doit repartir sur Kingstown en Jamaïque; nous l'avons vu à Colon il y a une semaine.

Il amène un passager et en ramène deux. Je le visite avec le gouverneur, le général, le consul et l'agent de la Compagnie Générale Transatlantique.

photo 38
1930 - Hydravion Sikorsky S38-PS3 (bimoteur: 2 hommes d'équipage, 6 passagers, 1200 km d'autonomie, 180 km/h) de l'US Navy

Nous partons à 13h10 avec l'hydravion S38 de la Pan Am (voir présentation au sol, amerrissage et décollage sur l'eau en 2011) pour Maracaïbo où nous arrivons à 15h40; amarrage à une bouée du terminal hydravion de la SCADTA sur la jetée de la "Plaza del Buen Maestro" (existe toujours en 2012) située au Nord de la ville qui borde le lac.
(Ce terminal est également utilisé par les hydravions de prospection et de cartographie (photos aériennes au 1/20.000) des sociétés pétrolières - en particulier "Standard Oil of Vénézuéla" - qui utilisent en 1931 des Sikorsky S38 et des Loening.)

Bon voyage des six passagers: moi, Longuemar, deux Américains plus un passager arrivant de la Jamaique et le radio martiniquais de l'avion en panne de la CGA. Ce dernier a pu finalement décoller à 11 heures, allégé au maximum (pilote et mécanicien; pas de passager) à cause de la piste courte et boueuse.
Juste après le départ de Barranquilla, le port de bananes Santa Marta était bien visible; les nuages cachaient la Sierra Nevada.

Accueil à Maracaïbo par le général Perez Sotj, gouverneur de l'État de Zulia, le colonel de la place et Guerain, Français qui travaille dans le pétrole déjà vu à Puerto Berrio en Colombie. (Ce dernier est le "Français" bien établi en Colombie et au Vénézuéla, requis d'office par les autorités du lieu pour accueillir un compatriote de manière plus conviviale; il fait sans doute des reconnaissances de prospection dans ces deux pays voisins pour la Royal-Dutch Shell qui commence à utiliser le logging, procédé mis au point par Conrad Schlumberger en France puis développé et amélioré au Vénézuéla à partir de 1931 malgré la crise économique).
Hôtel propre mais modeste auprès du Prado. A mon arrivée, je télégraphie au Président pour lui demander le programme de demain.

A 17 heures visite de la ville avec le Gouverneur. Le pétrole (Puits El Barroso 2 sur le lac de Maracaïbo en face du port de Cabimas) découvert il y a 10 ans a transformé la ville qui compte maintenant 80.000 habitants. Les Américains modèrent son exploitation en considérant le Vénézuéla comme une réserve.

Dîner chez J. de Booij, directeur de la filiale de la Royal Dutch - Shell, ancien officier de la marine hollandaise marié à une américaine. Une invitée, originaire de Virginie, me dit que certains Sudistes étaient pauvres; elle m'explique que la partie occidentale de la Virginie, plus pauvre que le reste de l'état et ne souhaitant pas se séparer des Etats-Unis pendant la guerre de Sécession, s'est séparée du reste de l'état pour former, la Virginie occidentale.
Ces deux femmes parlent français y compris leurs deux jeunes filles. Bon dîner servi par des négresses de la Trinidad. L'entrée des gens de couleur est interdit. Coucher à 22h30.

 

1er Décembre
Terrain de Maracaibo (fiche aérodrome SVMC) -- Avion LATECOERE 28 400 km --> Piste de circonstance à côté du champ de bataille de Carabobo
Piste de circonstance de Carabobo -- Voiture --> Maracay

photo 43
1928 - LATE 28/1 (2 hommes d'équipage, 8 passagers, 1 lavabo, 1 WC, rayon d'action 1000 km, vitesse de croisière 215 km/h)
Extrait de venezuelatina.com

Réveil à 4h30. Départ à 5h30 du terrain d'aviation (La Chinita en 2011), en LATE 28 de la CGA.
L'aube pointe, traversée du lac et vol direct par dessus la montagne vers Carabobo; beau temps mais moutons à 2000 mètres.
Arrivée à 8h10 sur une très bonne piste proche du champ de bataille aménagée spécialement par un bataillon (vraisemblablement le long de l'actuelle "Autopista José Antonio Paez 5"); notre pilote Chenu est excellent.

Le ministre de la Guerre, le général Lopez Contreras, auteur du livre "Bolivar, conductor de tropos", nous explique la bataille de Carabobo (diaporama fait à partir du §76 du résumé du livre de Contreras - cliquez sur les flèches en haut et en bas de l'écran); comme à Boyaca (diaporama fait à partir du §64), le commandement espagnol a été lamentable.

photo
Monument de la bataille de Carabobo

Le monument rappelant la bataille est trop criant et trop énorme avec un déluge de statues en bronze faites par un Espagnol.

photo
1929 - "PACKARD Custom 645 Phaeton"

Départ en torpédo PACKARD de la CGT pour Maracay par une excellente route cimentée. Pendant la traversée de la ville de Valencia, capitale de l'État de Carabobo, la population salue la voiture.

photo
1934 - Le président Gomez et le général Contreras, ministre de la Guerre - Extrait de en.wikipedia.org/wiki/Juan_Vicente_Gomez

Gomez vient au devant de moi à San Joaquim avant Maracay; il me mène voir le lac très grand (22 km de tour) et très beau qui borde Maracay au Sud-Ouest; il possède tout autour d'immenses propriétés: culture diverses, coton, canne à sucre, bananes; élevage de bêtes à cornes, de chevaux; charbon de bois.

photo 44
1930 - Carte des liaisons par cables sous-marins exploitées par des compagnies anglaises (en rouge) et françaises (en noir)
Extrait de www.cablesm.fr/bulletins/bulletin24.pdf

En arrivant à Maracay dans la villa qu'il a fait construire en 1929 pour les hôtes de marque (en 2012, QG de la 4e division blindée équipée de chars AMX30 - Hugo Chavez a commandé un escadron AMX30 en 1978 - 1979), il me fait la surprise de pouvoir parler au téléphone avec Paris. Comme je ne suis pas prévenu qu'il s'agit de mon épouse Alice, je suis assez long à comprendre à qui je parle; sa voix n'est pas très nette. (Le cheminement est assez long - Paris, Brest, New-York, Haïti, Curaçao, Carupano, Caracas - et le point d'entrée du cable sur le continent sud-américain est dans la casa del cable du port de Carupano.)

Superbes casernes toutes neuves. Revue de la garnison et défilé:
- 2 régiments d'infanterie,
- 1 de cavalerie,
- 1 groupe d'artillerie de montagne.

Gomez me dit que Maracay est sa création. (La ville de Maracay n'est pas représentée sur "Mapa de la republica de Colombia" au 1/2.000.000 de Walter Bath, édité en 1925 par "Litografia Carvajal & CIA" à Cali. Cette carte englobe le Nord Ouest du Vénézuéla, le Panama et la frontière Nord de l'Equateur avec Quito; elle a été utilisée par FDE pour l'étude d'itinéraires possibles en Colombie. Maracay figure sur "Mapa Fisico y Politico de Los Estados Unidos de Venezuela" au 1/2.300.000 édité en 1931 pour les légations vénézuéliennes aux Pays Bas, au Danemark, en Suède et en Norvège)
Il me conduit dans une gentille ville toute neuve que j'étrenne.

photo 46
Hôtel Jardin - Façade extérieure en 1930 et jardin du patio intérieur en 2010

Déjeuner à 13 heures dans un grand hôtel tout neuf qu'il a fait construire: l'hôtel Jardin conçu par Carlos Raul Villanueva. C'est un Lorrain est le Directeur des hôtels du gouvernement.

photo 45
Hamac du Vénézuéla - Extrait de hamacsvenezuela.blogspot.com

Après le déjeuner, sieste dans un hamac que me donne le Président. (Ce hamac rayé de lignes de couleurs rouge, blanche et noire, installé entre deux accacias l'été, fera le bonheur de ses petits-enfants dans les années 1950 jusqu'à ce que les cordes de suspension soient complètement dévorées par les écureuils bretons).
A 17 heures visite de ses troupeaux ou de ceux voisins de Maracay car il y en a des milliers.
Puis à l'hôtel thé dansant à partir de 18 heures. On ne commence qu'à notre arrivée. Peu de jeunes gens.
Vers 19h30 souper: potage, canard froid, gâteaux.
Puis les danses reprennent avec en particulier le "joropo", des danses du pays accompagnées de chants et de musique.
Je me couche à 21 heures.

 

2 Décembre
Maracay -- auto --> Caracas -- auto --> La Guaira

Réveil à 6 heures. Beau temps. Dès 6h45, Gomez est chez moi; excellent chocolat (le Vénézuéla est un des plus gros producteur de cacao du monde).
Visite du jardin zoologique très bien monté: un hippopotame, une girafe, des lions tigrés, un ours blanc qui reçoit tous les jours un énorme bloc de glace.

photo
Collection de 81 livres sur la formation du Vénézuéla, de la Colombie, de l'Equateur, du Pérou et de la Bolivie

Visite de la maison où le Président se repose; il m'accable de cadeaux:
- une bague pour mon épouse Alice,
- un livre de 5 pages représentant les blasons des nations - Vénézuéla, Colombie, Equateur, Pérou, Bolivie - libérées avec l'aide de Bolivar, pages dont les dessins sont découpés dans des plaques d'écaille de tortue,
- une boite de cigares FLOR DE TABACOS DE PARTAGAS HABANA aux initiales de Gomez - JVG -,
- une collection de 81 livres (reliés plein cuir avec fers dorés) en espagnol dont les carnets de route de Bolivar "Cartas del libertador corregidas conforme a los originales" (10 volumes),
- des sacs de cacao et de café, etc.
Il m'accompagne jusqu'à une propriété de Bolivar où il y a beaucoup de ses souvenirs.

Il y a 110 km de Maracay à Caracas capitale de l'État de Miranda; on part de 500 mètres d'altitude pour arriver à 1400 mètres puis redescendre à 900 mètres. Route très pittoresque en ciment avec des éboulements que l'on répare. La concurrence de la route a fait baisser de moitié les tarifs du chemin de fer.

Arrivée à Caracas par le quartier "El Praiso"; visite chez les Soeurs de Tarbes où sont élevées les jeunes-filles de la société.
Le Panthéon, la maison de Bolivar, le palais du gouvernement; partout des statues et des peintures de Bolivar; souvenirs très curieux du 18e siècle; lettres de Lafayette, uniformes, armes, etc.
La cathédrale fort ancienne a résisté aux tremblements de terre; une Cène, tableau superbe malheureusement inachevé à cause de la mort de son auteur.
Visite au marché: fruits, légumes; un Chinois vend du fromage.
Grand banquet offert par la colonie française: les Ministres de la Guerre, de l'Intérieur, des Affaires étrangères, des Transports; des colons libanais et syriens.
Vu les passagers du "Colombie" Toledo et Haick descendus à La Guaira et Curaçao. (Avant de débarquer, Toledo a donné et dédicacé à FDE une carte "Vias de comunicacion de Venezuela" au 1/1.000.000, réalisé et dessiné ("dispositivo y dibujo") par "Ricardo y Julio Alfonzo R." et édité en 1925 à Caracas).
Très bon déjeuner à l'hôtel Vaisse tenu par un Français.
Au Ministère de la Guerre, Contreras décore Longuemar et Gomez me remet une médaille: la Grand'Croix de l'Ordre du Libérateur.

Départ à 14 heures. Violent orage qui détrempe la route; nous en avons jusqu'à l'essieu. Il faisait frais à Caracas et on étouffe à La Guaira sur le bateau.
Départ à 16h30 du "Colombie".

 

___________

PS: Merci de donner remarques, idées ou le bonjour encliquant ci-dessous:

christian.degastines@orange.fr

Retour à SOMMAIRE