1899 - 2e Guerre des Boers - Gare de Colenso
Churchill (Lieutenant sans solde au 10e Hussards, reporter au "Morning Post"),
Villebois-Mareuil (ancien Chef De Corps du 1er Régiment Etranger, conseiller militaire de Kruger, Président de la République du Transvaal)

La 2e guerre des Boers commençée en Octobre 1899 fait l'objet de nombreux articles dans la presse anglaise et française qui s'est développée rapidement suite aux nouvelles inventions: rotative offset, linotype, photogravure.
Curieusement, une série d'articles sur cette guerre découpés dans LE PETIT JOURNAL et signés "Churchill", a été trouvée dans un exemplaire du "Carnet de campagne au Transvaal du Colonel de Villebois Mareuil" édité en 1902. Un lecteur français soucieux de la place de son pays dans le monde était donc preneur des reportages concernant les opérations extérieures de l'époque: Afrique du Sud, Indes, Cuba, Madagascar, Indochine, Soudan. Les bons reportages devaient se vendre facilement entre journaux de part et d'autre de la Manche.

Churchill (Ecole militaire de Sandhurst 1893-1895) accompagne les forces britanniques le long de la VF LADYSMITH-DURBAN au NATAL; Villebois-Mareuil (Ecole de St-Cyr Promotion VÉNÉTIE 1865-1867) essaye de coordonner avec les Boers, l'action de ses légionnaires, tantôt sur KIMBERLEY point de passage obligé entre la colonie britannique du CAP et les républiques boers - ORANGE, TRANSVAAL -, tantôt sur LADYSMITH capitale de la colonie britannique du NATAL et voie d'accès vers le port de DURBAN.


Carte des lieux cités

Un lien commun unit ces deux anciens officiers: ils ont quitté l'uniforme par goût de l'action sur le terrain; de plus ils se connaîssent peut-être par leurs signatures au bas d'articles de presse consacrés à l'armée de leur pays. Leurs carnets de campagne indiquent les routes suivies et permettent de conclure qu'ils se sont croisés à un mois d'intervalle sur un des points clés de la guerre - COLENSO - et qu'ils ne se sont jamais combattus de front.

* *

Churchill mène une vie de garnison trop calme à son gré au 4e Hussards :
- à ALDERSHOT (GB), il réussit en 1895 à se faire désigner comme observateur à CUBA auprès des forces espagnoles pendant la guerre d'indépendance tout en travaillant pour le "Daily Graphic" (voir Churchill and Secret Service)
- à BANGALORE (INDE) en 1898, il arrive à convaincre sa hiérarchie de le laisser suivre comme correspondant du "Daily Pioneer" un régiment ami parti en opération sur la frontière afghane. L'action ne dure pas assez longtemps pour le satisfaire durablement.

L'ordre est bientôt rétabli provisoirement aux INDES. Heureusement pour Churchill, le SOUDAN s'agite avec les Madhistes. C'est la crise de FACHODA; c'est le face à face entre le Royaume Uni du général Kitchener et la France du capitaine Marchand dans les marais du BAHR-EL-GAZAL.

Juillet 1898: Churchill a l'autorisation de partir pour le SOUDAN s'il trouve le financement de son transport là-bas; le "Morning Post" le lui offre contre des reportages; il part remplacer un officier du 21e Lanciers tué au combat. En accord avec le général Kitchener, il rédige pour ce journal les compte-rendus des combats auxquels il participe face aux madhistes. Ses reportages ont beaucoup de succès à LONDRES.

Décembre 1898: les opérations sont terminées. Il est de retour une nouvelle fois à BANGALORE. En faisant ses comptes il s'aperçoit que quelques semaines de reportages au SOUDAN, lui ont fait gagner l'équivalent de 2 ans de solde de lieutenant. Vu l'ennui qu'il éprouve à l'idée de recommencer une triste petite vie de garnison, il démissionne en Février 1899: il a 25 ans.
Il sait parfaitement ce qu'il va faire; passionné d'histoire, parlant, dessinant (voir ses croquis présentés par Churchill College Cambridge) et écrivant bien, il sera correspondant de guerre quand il en aura l'opportunité - la 2e guerre des Boers est en train de couver - et homme politique comme son père, quand il sera élu dans un des fiefs du parti conservateur.

* *

Dans cette même fin de siècle, Villebois-Mareuil est à 45 ans le plus jeune colonel de l'armée française.
1895: il est à Sidi-bel-Abbès, le chef de corps du 1er Régiment Etranger de légion dont deux bataillons partent à MADAGASCAR; n'ayant pas été désigné, malgré tous ses efforts, pour commander ce détachement mis à la disposition du général Galliéni, il démissionne en 1896; c'est trois ans avant Churchill.
A PARIS, il écrit des essais militaires, crée l'Union des Sociétés Régimentaires et participe à la conférence d'inauguration de l'Action Française dont l'objectif est de rehausser le prestige de la France face à l'Angleterre.
1898: c'est l'humiliation de Fachoda. Comme d'autres volontaires européens et américains, il saisit l'opportunité, grâce à son expérience militaire, de se mettre à la disposition des Boers - République du TRANSVAAL, Etat libre d'ORANGE - entrés en guerre contre les Anglais.
Objectif des Boers: défendre leurs droits et leurs biens face à l'afflux des milliers de britanniques et de travailleurs étrangers - les uitlanders - venant des deux colonies voisines (CAP, NATAL), attirés par les mines d'or (arc de 60 km centré sur JOHANNESBURG) et de diamant (découverte du plus gros diamant du monde en 1905, le "Culinan" de 3106 carats).

* *

En Octobre 1899, Churchill est engagé par le "Morning Post" pour suivre la 2e guerre des Boers . Il débarque d'Angleterre dans la colonie britannique du NATAL à DURBAN après un changement de bateau dans la colonie britannique du CAP. Les hostilités ont commencées le 5 Octobre par une double offensive des boers vers KIMBERLEY (Colonie du CAP) et vers LADYSMITH (Colonie du NATAL) base avancée britannique où Churchill doit commencer ses reportages.

En Novembre 1899 , Villebois-Mareuil et les autres volontaires européens ou américains pro-boers, pour éviter d'être arrêtés par les forces britanniques, débarquent dans la colonie portugaise du MOZAMBIQUE à MAPUTO (LOURENCO MARQUES à l'époque) d'où ils rejoignent PRETORIA . Villebois-Mareuil est nommé chef d'état-major du général Piet Joubert qui suite à une chute de cheval ne peut plus commander ses troupes et doit se retirer.
L'objectif principal des Boers comme des Britanniques est le contrôle des routes et des VF permettant l'acheminement du ravitaillement de la population et de la logistique militaire vers les principaux centres urbains et concentrations de forces.
A cet effet, les forces britanniques utilisent des trains blindés entre le port de DURBAN et la ville de LADYSMITH.

C'est en prenant place le 15 Novembre à bord de l'un d'eux partant en reconnaissance, qu'après un déraillement provoqué par les Boers au-delà de FRERE au Sud de COLENSO, Churchill est fait prisonnier et interné dans une école de PRETORIA avec d'autres officiers britanniques (voir Churchill's Capture, Imprisonment & Escape).

Le 11 Décembre, c'est la bataille de MAGERSFONTEIN pendant laquelle la Scotland's Highland Brigade est décimée lorsqu'elle attaque les tranchées boers qui bloquent l'accès à KIMBERLEY dont les habitants réfugiés dans les mines de diamant crèvent de faim.

Churchill s'évade le 12 Décembre vers MAPUTO à 500 km de PRETORIA, dans la colonie portugaise du MOZAMBIQUE; il utilise les trains de marchandise, moyen de transport le plus sûr.

A compter du 15 Décembre, Villebois-Mareuil participe à la bataille de COLENSO où les britanniques voulant rompre l'encerclement boer de LADYSMITH, attaquent une nouvelle fois en force mais subissent une défaite si cuisante que leur commandant en chef est relevé de ses fonctions.

Churchill se présente le 22 Décembre au consul britannique de MAPUTO et rejoint par bateau DURBAN où il est accueilli en héros. Il reprend un service sans solde dans un régiment recruté dans la colonie du CAP, le 10e Hussards, sous les ordres du Major J.H.G. Byng.

* *

En Mars 1900, Villebois-Mareuil est nommé par Kruger, président de la république du TRANSVAAL, général commandant en chef la Légion des étrangers et conseiller militaire du président. Il rencontre beaucoup de difficultés pour faire de cette légion une force aussi efficace que son homologue française et pour coordonner les forces boers.

Le 5 Avril, il monte une opération commando pour faire sauter un pont sur la rivière MODDER à 30 km Sud de BOSHOF pour renforcer le verrou naturel constitué par l'environnement géographique de KIMBERLEY. Ses 75 hommes - Français, Allemands, Hollandais, Américains et 11 Boers - sont encerclés par 750 britanniques des forces de Lord Methuen; au bout de 3 heures de combat, il est tué par un éclat d'obus et son commando dispersé ou fait prisonnier. Il est enterré dans un premier temps sur place; sa cantine et ses affaires sont renvoyées à sa famille. Ce n'est qu'en 1971 que ses restes seront transportés au mémorial militaire de MAGERSFONTEIN. Pour la petite histoire son cheval, ramené en Angleterre par lord Chesham qui commandait un bataillon Imperial Yeomanry - volontaires britanniques de l'empire - lors des opérations sur KIMBERLEY, lui survit jusqu'en 1911.

* *

Churchill participe en Mai 1900 aux opérations dirigées par Lord Roberts pour libérer LADYSMITH et prendre JOHANNESBURG puis en Juillet, il retourne en Grande-Bretagne où il rédige "London to Ladysmith via Pretoria" qui se vend à 140.000 exemplaires. Deux ans plus tard, Eugène de Vogué, diplomate et homme de lettres, fait paraître le "Carnet de campagne du colonel de Villebois Mareuil" (Société d'éditions littéraires et artistiques, Paris - 1902) trouvé dans sa cantine renvoyée en France.

Ainsi deux carnets de campagne complémentaires car écrits dans les camps opposés permettent de se faire une idée proche de la réalité du déroulement de cette 2e guerre des Boers et de voir qu'à un mois d'intervalle les deux auteurs ont combattu au même endroit, à COLENSO, mais ne se sont pas trouvés directement face à face.

De plus LE PETIT JOURNAL et le MORNING POST arrivant dans les deux camps, il est possible de penser que Villebois Mareuil a suivi avec intérêt mais avec un retard de deux ou trois semaines dans LE PETIT JOURNAL les premiers reportages de Churchill. Il le connaissait certainement déjà par ses articles sur la guerre menée par l'Espagne à Cuba en 1895, sur les troubles de 1898 aux Indes et sur l'action de Lord Kitchener au moment de la révolte madhiste et de l'incident de FACHODA.

_________

 

PS: Merci de donner remarques, idées ou le bonjour encliquant ci-dessous:

christian.degastines@orange.fr

Retour à SOMMAIRE